Records à la baisse

Ces derniers temps, le coût du crédit enchaine les records à la baisse. Cette nouvelle réjouissante pour les ménages et pour l’économie pourrait devenir un réel défi pour les banques (qu’il s’agisse d’un crédit standard ou d’un prêt hypothécaire).

Avec de telles conditions, cela profite inévitablement aux jeunes qui peuvent à nouveau emprunter sur du long terme malgré des apports plus faibles.
Face à des entreprises qui investissent moins et des ménages qui consomment moins, il s’avère que le prêt immobilier est un des derniers moteur de la croissance.
Il faut toutefois nuancer car dans 35 à 40% des cas, il s’agit de renégociation des prêts déjà contractés. Concrètement, ces renégociations ne présentent aucun effet sur l’économie réelle car il n’y a eu aucun déménagement, dépenses d’équipement etc.

L’autre question est de savoir si les banques seront à même de tenir le rythme. En effet, pour le moment les banques prêtent bon marché tout en maintenant une marge confortable mais lorsque les taux fixes et les taux variables grimperont de nouveaux, qu’adviendra-t-il de ce stock de dettes à taux réduits ?