Prêt immobilier, assurance et fiscalité

L’acquisition d’un bien fait appel à un budget conséquent. C’est pourquoi il est intéressant de prendre en considération les déductibilités fiscales auxquelles l’emprunteur a droit.

Si vous optez pour une formule classique (taux variable ou fixe), vous pouvez déduire fiscalement les intérêts débiteurs qu’il s’agisse d’une construction, d’un logement principal ou locatif. Le montant des intérêts déductibles pour une résidence principale est lié à la situation familiale de l’emprunteur.

Un prêt Epargne-Logement vous permet de déduire annuellement jusqu’à 672€ pour chaque personne composant votre ménage (enfant compris) et les intérêts créditeurs du compte Epargne sont exonérés d’impôt.

Un prêt immobilier s’accompagne très souvent d’une assurance solde restant dû. Cette assurance a pour but de vous couvrir en cas de décès et/ou d’invalidité (selon les clauses prévues par votre contrat d’assurance). Si l’un des risques couverts survenait, l’assurance se substituerait à vous pour rembourser l’emprunt. Vous pouvez choisir de payer votre prime d’assurance en une seule fois. La déductibilité de la prime unique est liée à votre âge et votre situation de famille (conjoint et enfants à charge). La déductibilité minimale est de 6000€/an. La prime d’assurance peut aussi être payée annuellement. Dans ce cas, la déductibilité est de 672€/an pour chaque personne du ménage.

Dans le cadre d’un investissement locatif, le propriétaire peut déduire fiscalement : les intérêts débiteurs (sans plafond), l’amortissement, les frais d’entretien et de réparation, les frais d’obtention non remboursés par le locataire et les autres dépenses déductibles. Cette méthode est appelée déductibilité selon les frais réels. Dans certains cas, vous pouvez choisir une déduction forfaitaire : elle est valable pour l’amortissement, les frais d’entretien et de réparation, et les frais d’obtention non remboursés par le locataire. Cette méthode ne peut s’appliquer que sur des bâtiments de 15 ans et plus ; la déduction représente 35% du montant des loyers bruts plafonnée à 2700€ par immeuble.

Le choix du bien à acquérir et de la formule de prêt sont des décisions de premier plan lors du processus d’acquisition, mais les déductibilités prennent du sens à plus long terme.

 

Publié le 26/04/11