Etapes clés d’une construction 3/6

Construire une maison… Un rêve partagé par beaucoup, semble-t-il. J’entends déjà l’énoncé des avantages. « C’est un projet sur mesure, entièrement adapté à nos besoins et à notre budget », diront les uns. « Pour le plaisir inégalé de vivre dans du neuf ! » ajouteront les autres. Au-delà des évidences, j’ai surtout conscience que la construction d’une maison est un projet d’ampleur, qui nécessite investissement et coordination.

Si, dans l’absolu, je visualise bien le principe d’une construction, je tiens néanmoins à rester vigilante sur les étapes fondamentales.

Première étape, le terrain. « Evidemment ! », me répondrez-vous à juste titre. Etape qui coule de source mais pour autant, non négligeable. Je porte mes recherches sur un terrain constructible et viabilisé, pour m’éviter des démarches administratives et des désillusions. Sans oublier que c’est la maison qui s’adapte au terrain, et difficilement l’inverse.

Par la suite, deux possibilités s’offrent à moi. Je peux signer un contrat de construction via un promoteur ou faire le choix de travailler avec un architecte. Et chacun des deux de me vendre sa solution ! Le promoteur m’assure une tranquillité d’esprit puisque nous allons tout définir ensemble, en amont du projet. Le choix des artisans est certes imposé mais le promoteur coordonne l’ensemble. De son côté, l’architecte m’annonce : « Mon argument est simple, je vous offre la liberté ! ». Lucide, je comprends alors que toute liberté à un prix… qui passe par l’investissement personnel, à la fois dans le choix des différents corps de métier, dans la coordination du projet et aussi dans le degré de responsabilité. En affinant mes recherches, je découvre une troisième option, qui connaît un franc succès depuis quelques années. Je pourrais aussi commander une maison en kit.

Venons-en maintenant à la maison elle-même. Les possibilités me semblent infinies ! La forme, la superficie, l’agencement, le choix des matériaux intérieurs et extérieurs,… Face à ces multiples combinaisons, je n’ai aucun mal à me projeter dans la future maison. Mais le choix reste difficile. De nombreux critères entrent en ligne de compte. Bien évidemment, les goûts, mais il faut aussi tenir compte de la qualité, de la matière, etc. Rencontrer les fournisseurs est encore le meilleur moyen de m’assurer que les matériaux proposés correspondent à mes exigences.

Mon projet défini, je pensais que mon investissement allait diminuer, que j’allais transmettre le flambeau aux professionnels. En fait, c’est tout le contraire qui se passe. La construction commence, je me retrouve donc au cœur du projet ! « Il est important de suivre l’évolution des travaux », conseillent ceux qui sont déjà passés par-là. Et les anecdotes fusent : un oubli de fenêtre, une faute dans le report des mesures, etc. Le mieux pour parer à toute erreur : des visites de chantier régulières et un suivi méticuleux de l’échéancier des travaux.

Dernier point à prendre en considération dans mon projet : l’aspect écologique de la maison. Effet de mode ou réelle motivation environnementale, l’engouement est là. Au détour de quelques recherches, je découvre que le passeport énergétique évalue la qualité énergétique d’un bien (chauffage, isolation, etc.). Il est d’autant plus important qu’il va suivre le bien toute sa vie. J’apprends alors qu’un bien dit « passif » peut donner accès à des conditions financières intéressantes lors de la négociation de l’emprunt mais aussi à toute une série d’aides, mises en place par le gouvernement pour promouvoir ce type de construction. Sans oublier qu’au quotidien, une meilleure isolation est un gage d’économies en matière de chauffage. Et finalement, même en fin de projet, cette étiquette a encore son importance, dans la mesure où la qualité écologique du bien est également valorisée lors de sa vente. La maison n’étant même pas encore construite, il est encore un peu tôt avant de penser à sa vente !

Retrouvons-nous le mois prochain pour un article sur les démarches financières liées à une acquisition.
Sabrina Baillieux
28/03/2012